Rechercher

Newsletter

Nos partenaires

S.V.I. (Service Véhicule Industriel)

atsurf.net

Couleur Cactus

Bonicoli

Conseil Général des Bouches-du-Rhône

GM CONSEILS

ACROBAT

Bénédicte GUILLOU

LA VILLE D'ARLES

LA PROVENCE

Charming Houses

ABC BATEAU ÉCOLE

Frédéric Bonnet


ffr image.png

 

Alors que médias et public s’intéressent à ce sport, alors que le nombre des licenciées augmente lentement mais sûrement, la FFR assène, aussi discrètement que possible, le coup d’arrêt de la pratique féminine du rugby à XV.

En obligeant, dès la prochaine saison, chaque équipe à aligner non plus 16 mais à 45 joueuses minimum (en exigeant une équipe réserve et une équipe cadette), la FFR sonne le glas de la pratique du rugby féminin en compétition.

Pourquoi cet acharnement ? Par crainte de l’ombre que pourrait jeter la pratique d’un sport au féminin sur son écrasant père masculin ? Par conviction d’un autre temps qu’un tel sport n’est pas fait pour les femmes (rappelons qu’il a fallu plus d’un siècle pour que la pratique féminine voit le jour) ? Pour des questions économiques lointaines (aucune subvention particulière n’est accordée aux clubs ayant une section féminine) ?

Insidieux et sournois jusqu'au bout, les grandes instances du rugby n'ont fait aucune annonce publique: seul un entrefilet dans l’hebdomadaire du Midi Olympique a permis de diffuser l'information.

Manon Batiat

(14 avril 2015)

Retour