Rechercher

Newsletter

Nos partenaires

ABC BATEAU ÉCOLE

Couleur Cactus

S.V.I. (Service Véhicule Industriel)

GM CONSEILS

Charming Houses

atsurf.net

Bénédicte GUILLOU

ACROBAT

Conseil Général des Bouches-du-Rhône

LA VILLE D'ARLES

LA PROVENCE

Bonicoli

Frédéric Bonnet


manon batiat.jpg

Je pensais vous présenter Manon, mais en lisant ce qu’elle m’avait envoyé sur son cursus, je me suis dit que je ne ferais pas mieux !
Pas mieux que cette petite nana qui du haut de ses 30 ans est devenue l’une des rares femmes arbitre de rugby.
Sportive accomplie, Manon, ingénieur en Mécanique et Microtechniques, a aussi « une tête bien faite », beaucoup d’humour et une patate qui fait du bien à voir, à entendre et à lire…

Je vous laisse donc en sa compagnie.

 

 

 

Manon BATIAT???

CV...

Mon poste actuel : responsable HSE MR (Hygiène Sécurité Environnement et Maîtrise des Risques) chez ALEHOS (Air Liquide European Homecare Operation Services),ouf !!!


Le rugby, je n’y connaissais rien. Mes sports, c’était tennis, ping-pong, volley, ski, marche… !
Ado, par là, quand j’avais vu mon père regarder ça, dans son fauteuil, un coup poussant l’accoudoir à gauche, un coup recroquevillé à droite, puis ces hommes se jeter les uns sur les autres « papa, mais c’est quoi les règles ?! » => Papa a toujours été incapable de faire 2 choses à la fois, en particulier, expliquer les règles en suivant un match ! …« c’est nul ton truc, m’en vais ! »

Du coup, j’ai découvert ça à 20 ans, débarquée à Besak (Besançon) pour l’école d’ingé, au sortir de la prépa (2 ans de no life) : je me suis remise au sport donc volley, tennis… et une collègue de promo a vraiment fait un forcing de ouf’ pour que je vienne, au moins une fois, à un entraînement de rugby. Nous n’étions que des débutantes, de l’école d’ingé, et vraiment pas nombreuses (10-15) (puisque dans cette école, y’avait 20 filles par promo// 3 promos simultanées maxi).
Et là, ça m’a rudement plu !!!
Alors, là, on t’apprend pas toutes les règles, heureusement, mais une à une : « tu n’as pas droit de faire une passe en avant, pi c’est tout ! ». Le reste, tu l’apprends au fur et à mesure que tu te fais siffler ou reprendre !

Résultat :
2001-2004 : ailière rugby « universitaire » à 7 avec l’ENSMM
2005-2009 : demie de mêlée / ailière de Soisy-sous-Montmorency (95) à XII
2009-2011 : demie de mêlée / 3e ligne aile de Bobigny (93) à XV
2012-… : ACF, Arbitre en Cours de Formation 


            
   
       Finale Ile de France – 2009 (gagnée !)                            Match de poule avec l’AC Bobigny

 

ARBITRE EN OVALIE – un témoignage de Manon BATIAT

Beaucoup d’ouvrages traitent de cette condition, ce n’est pas l’objectif de ce témoignage.

Je ne suis qu’une débutante. Je dirigeais aujourd’hui mon 10ème match en tant qu’ « arbitre de champ ». Le champ dont il est question a deux poteaux de part et d’autre. La plupart du temps, trente bonshommes l’occupent, tentant d’aplatir un ballon ovale derrière une ligne blanche. Après 10 ans de pratique du rugby et une vilaine blessure à la veille de LA finale, l’arbitrage, c’est ma manière à moi de revenir sur le champ. Côté chiffre, les femmes représentent 5% des licences de rugby. La proportion est encore moindre chez les arbitres.


Passés les tests réguliers de la connaissance de la règle et ceux physiques, un arbitre officiel, quel que soit son genre, peut arbitrer tous les matchs : de ceux des écoles de rugby au TOP14, des sections féminines comme masculines !


Chaque dimanche pourtant, les capitaines (seuls joueurs autorisés à s’adresser à l’arbitre) ou dirigeants  me demandent: « Monsieur l’Arbitre, à quelle heure le match débutera-t-il ?»



 

Malgré mon regard appuyé et mon sourire, différant ma réponse de quelques secondes pour leur laisser le temps de s’écouter, il en est qui me trouve simplement lente !

« N’empêche, une femme arbitre ! Et en plus, elle ne mesure même pas 1m60 ! Qu’est-ce que c’est que ce spécimen?!».

J’ignore ce qu’ils se disent mais les regards incrédules et les messes basses circulent avant l’entrée au vestiaire. Ils ont pourtant un match à préparer. Si l’arbitre fait partie du jeu, je ne les ai jamais beaucoup calculés à l’époque…

Le match commence. Les commandements et recommandations arbitrales d’usage ont été donnés.

Je suis l’Arbitre… et je suis une femme. Et la surprise fait son effet, je bénéficie alors d’une espèce d’état de grâce !

Les joueurs se concentrent pour ne pas se laisser aller à des blagues graveleuses, ils sont étonnamment muets.

Les supporters doivent réfléchir à féminiser leurs noms d’oiseaux. Les entraineurs pensent à une stratégie nouvelle pour atteindre cette fois-ci un autre profil d’arbitre…

J’ai une paix royale pendant souvent près de 30 minutes, presqu’une mi-temps ! C’est largement suffisant pour constater que je connais les règles et que mon sifflet est audible par tous.

A partir de là, c’est gagné !


Et c’est seulement ensuite, les papiers signés, que l’on refait le match, que l’on discute des décisions, des difficultés de club et du talent de certains joueurs… C’est parfois là qu’ils apprennent que ce sont mes tout premiers matchs en tant qu’arbitre.
Quid de la bienveillance de ceux qui me désignent arbitre (me préservant certainement de matchs trop difficiles), quid de ce respect des Hommes et des arbitres si cher au rugby, quid de ma personnalité ; en tous les cas, je prends un réel plaisir à entamer une seconde carrière rugbystique dans un monde très masculin mais très majoritairement ouvert.

Et le lundi, de retour au travail, je justifie quelques courbatures par mes occupations dominicales quand mon collègue me fait préciser qui j’avais arbitré :


  « Noooooon ?! mais c’est pas possible ?! C’est vrai, tu as le droit ?! »

Eh oui, toc !!!

(Manon BATIAT par Manon BATIAT
 

Retour