Rechercher

Newsletter

Nos partenaires

LA VILLE D'ARLES

Couleur Cactus

ABC BATEAU ÉCOLE

Frédéric Bonnet

Bénédicte GUILLOU

Conseil Général des Bouches-du-Rhône

LA PROVENCE

GM CONSEILS

ACROBAT

Charming Houses

atsurf.net

S.V.I. (Service Véhicule Industriel)

Bonicoli


catherine alias.jpg

« Comédienne, traductrice, lectrice, metteur en scène, professeur de théâtre et porteuse de projets, le tout bilingue, c'est le titre à rallonge qui donne à entendre la multidisciplinarité qu'exige ma vie itinérante d'artiste dramatique » Catherine ALIAS (1)

Nadine BATIAT est allée écouter pour nous, « Femmes d’Avignon », au théâtre permanent d’Avignon Le Verbe Fou, une lecture de Catherine Alias avec laquelle elle a eu la chance de travailler lorsqu’elle était enseignante (2).

Qui mieux que Catherine Alias pouvait animer cette verberie : «  Femmes d’Avignon » ?
Grâce à son talent incontestable de comédienne reconnue -et attendue avec impatience à chaque nouveau festival d’Avignon- elle nous a entraînés avec passion dans la découverte de « ses » femmes d’Avignon.
N’attendant pas la date obligée de La Journée de la femme, Catherine Alias nous a proposé un véritable kaléidoscope de personnalités. Evitant la facilité de la longue évocation de l’incontournable Mireille Mathieu, Catherine Alias est allée puiser dans les archives, dans les journaux, dans sa riche expérience, pour faire revivre ces femmes qui –même si elles ont attiré un temps l’attention- sont maintenant quasiment tombées dans l’oubli, pour la plupart.
Et pourtant !
Loin des images féminines stéréotypées, c’est l’engagement, la vérité de ces femmes qui forcent le respect et l’admiration.

Catherine Alias a su mettre en valeur :
les convictions politiques, économiques, de Jeanne Laurent qui a propulsé Jean Vilar et son TNP …sur le devant de la scène ;
la création, la vitalité… l’endurance même, de l’emblématique Pierrette Dupoyet, maintenant vice-présidente du Festival Off, capable de mettre ses talents au service de trois représentations quotidiennes et différentes, selon l’année ;
le rôle historique de la reine Jeanne, héroïne pathétique de la geste provençale qui parviendra, lors de son passage à Avignon, à vendre –ni plus ni moins- Avignon au Pape… ou celui de la Ratapiole, Elisabeth Boyer, qui finit par se faire arrêter et emprisonnée à la « Glacière » du Palais des Papes ;
le génie perturbé de la femme d’exception qu’était Camille Claudel et qui vécut 30 ans, enfermée, ici.

Catherine Alias a su suspendre le temps avec un poème de Farfantello, Henriette Dibon qui appartint au cercle très fermé des poètes Félibres.
Catherine Alias s’est refusée d’évoquer comme étant les femmes de… :
Jacqueline Benedetto dont la détermination politique l’avait poussée à défiler, seule, un 1er mai ;
la courageuse Nicole Aubiat qui eut à subir, en 1968, l’ire d’un préfet lui interdisant de jouer nue, dans une pièce de son compagnon, Gérard Gélas ;
Maria Casares dont l’immense talent ne nécessite pas le rappel de sa relation avec Camus…
Catherine Alias nous a tenus en haleine avec le récit concernant d’autres femmes d’Avignon qu’on ne peut toutes citer ici et dont la liste n’est pas exhaustive.
En effet, après le spectacle, lors de l’échange qu’elle a sollicité avec les spectateurs, Catherine nous a appris qu’une prochaine représentation aura lieu, sur le même thème richissime qui est loin d’être épuisé.
Nous nous en réjouissons et guetterons avec impatience ce nouveau spectacle.

Nadine BATIAT
(Article du 21 février 2011)

                         
(1) Catherine ALIAS : « Comédienne, traductrice, lectrice, metteur en scène, prof de théâtre et porteuse de projets, le tout bilingue, c'est le titre à rallonge qui donne à entendre la multidisciplinarité qu'exige ma vie itinérante d'artiste dramatique…
Depuis 1989, année de mon premier contrat pour une silhouette dans le célèbre Cyrano de Jean-Paul Rappeneau avec Weber et Depardieu, je n'ai cessé d'exercer mon métier d'interprète.
Les multiples rôles classiques m'ont donné des joies immenses, Phèdre, Alceste, Martine de Molière, L'Amour de Marivaux, Mme du Deffand. Les auteurs contemporains m'ont aussi apporté de très fortes émotions en commençant par Benedetto, Escudié, Madani, Gotbeter.
Toutes les mises en scène que j'ai faite pour les professionnels comme pour les amateurs ont bénéficié de mon expérience de la scène et de mon expérience de l'écriture.
La traduction de textes dramatiques est arrivée plus tard dans mon parcours et j'ai avec elle un nouvel horizon qui agrandit mon projet professionnel aux œuvres hispaniques connues et inconnues en France.
Aujourd'hui je suis toute à la diffusion de "Cher Voltaire" mais demain? »

(2) Professeure de français, Nadine BATIAT a travaillé avec Catherine Alias. Une collaboration, de 6 mois qui a permis à sa classe de 4ième de remporter le 1er prix du concours régional « Le Futur composé ». Il s'agissait d'une saynète de 15 mn qui devait
illustrer le thème de la parité homme/femme, et qui s'intitulait: "Au travail, messieurs... et mesdames aussi! ».

Retour